En 2021‑2022, la Fondation de la faune a soutenu 265 projets de conservation, de mise en valeur et d’aménagement des habitats fauniques. Ces projets, réalisés dans toutes les régions du Québec, ont des impacts positifs autant au niveau des milieux humides, aquatiques, forestiers qu’agricoles.

Bilan des activités 2021-2022

Exemple d’un projet en milieu mixte

La Fondation SÉTHY et le Parc national de la Yamaska mettent en oeuvre, depuis 2013, un projet de ceinture verte autour du parc national de la Yamaska. Ce projet a pour but de maintenir un réseau de milieux naturels, de connecter le parc et le mont Shefford, et de protéger des habitats jugés essentiels à la biodiversité. Ce territoire constitue un habitat faunique de qualité pour la sauvagine ainsi qu’une halte migratoire pour la bernache du Canada.

De plus, il abrite plusieurs espèces en situation précaire. Afin de consolider ce projet, la Fondation SETHY réalisera diverses activités de sensibilisation et de conservation auprès de 30 propriétaires privés situés dans la zone périphérique du Parc.

Bilan des activités 2021-2022
© Lise De Serres / Québec couleur nature

Exemple d’un projet en milieu aquatique

Érigé sur la rivière Saint-Jean en 1957, le barrage Hydro-Morin a perturbé l’habitat du saumon présent dans la rivière. Tout d’abord au site de la chute en bloquant toute circulation du saumon. Ensuite dans la section en amont où le niveau d’eau est artificiellement élevé. Et finalement, par l’arrêt des processus géomorphologiques naturels dans la section en aval. Actuellement, le barrage n’est plus en activité et le propriétaire désire s’en départir.

La Fédération québécoise pour le saumon atlantique souhaite profiter de cette opportunité afin de rétablir la rivière à un état plus naturel. Pour ce faire, elle réalisera, au cours de la prochaine année, une étude de faisabilité pour orienter les travaux d’aménagement qui vont favoriser le passage du saumon atlantique et de l’anguille d’Amérique sur la rivière Saint-Jean.

Bilan des activités 2021-2022
© Dominique Danvoye

Exemple d’un projet en milieu humide

Le marais de la Rivière Marguerite est situé dans la plaine inondable du lac Saint-Pierre. Riche en invertébrés, il est utilisé comme halte migratoire et habitat de reproduction par la sauvagine, et comme habitat de frai pour les poissons. La structure de contrôle du niveau d’eau du marais est constamment bloquée par la présence du castor. De plus, cette structure ainsi qu’une partie de la digue présentent des signes de détérioration compromettant la pérennité de cet habitat faunique.

Canards Illimités Canada souhaite mettre à niveau les ouvrages de contrôle du niveau d’eau du marais et du fossé piscicole afin de les adapter à la présence du castor et, ainsi, préserver la productivité faunique de ce site. Cela devrait contribuer à rétablir les fonctions écologiques de la zone littorale du lac Saint-Pierre.

Bilan des activités 2021-2022
© Canards Illimités Canada

Exemple d’un projet en milieu terrestre

Depuis 1968, la population de martinet ramoneur a chuté de 95% au Canada. Reconnue en tant qu’espèce menacée, son déclin ne semble pas ralentir, principalement en raison de la perte des habitats de reproduction. Or, la présence de martinets ramoneurs est confirmée depuis longtemps sur la Réserve de biosphère du mont Saint-Hilaire. Il y aurait environ 26 couples nicheurs sur le territoire.

Afin de mieux connaître les habitats et de les protéger, le Centre de la nature du mont Saint-Hilaire mène un projet de suivis télémétriques pour identifier des sites de nidification. Les propriétaires de boisés comportant un habitat potentiel pour le martinet recevront de l’information et la découverte de nouveaux sites de nidification permettra, éventuellement, de signer des ententes de protection avec les propriétaires.

Bilan des activités 2021-2022
© Centre de la nature du mont Saint-Hilaire

Donnez sans tarder pour que plus de projets se réalisent! 

Faites un don de 25 $ et plus, ou devenez donateur mensuel (à partir de 5 $ par mois), et et recevez un exemplaire du calendrier de la Fondation. Le calendrier de l’année 2023 sera envoyé au cours du mois de novembre.