Les milieux agricoles offrent de nombreux habitats fauniques, tels que les cours d’eau, les milieux humides, les boisés de ferme, les bandes riveraines, les haies brise-vent et les bordures de champs. Ces habitats contribuent grandement au maintien de la biodiversité et rendent des services écosystémiques essentiels aux producteurs agricoles ainsi qu’à la population.

Au cours des dernières décennies, l’intensification de l’utilisation du territoire pour divers usages a eu des impacts sur les milieux naturels. Du côté agricole, certaines pratiques ont contribué à la fragilisation, à la perte ou à la fragmentation d’habitats fauniques. Ce faisant, de nombreuses espèces d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de poissons en subissent les conséquences, car leurs habitats et la connectivité entre ceux-ci ne répondent plus totalement à leurs besoins.

En effectuant un don aujourd’hui, vous contribuez à la protection et à l’amélioration de la qualité des habitats fauniques et de l’eau des milieux agricoles, et ce, pour le bien être d’espèces comme le grand brochet, la tortue des bois, le hibou des marais et le vison. Votre geste soutient l’engagement des producteurs envers la protection de la biodiversité et fait la différence.

15 ANS D’ENGAGEMENT AGRICOLE POUR LA FAUNE

En 2005, la Fondation de la faune du Québec et l’Union des producteurs agricoles ont lancé le Programme de mise en valeur de la biodiversité des cours d’eau en milieu agricole. Ce programme incite les producteurs agricoles, à adapter certaines de leurs pratiques pour favoriser une plus grande cohabitation agriculture-faune.

Initialement, ce programme visait à soutenir dix projets collectifs de gestion de l’eau sur de petits et moyens cours d’eau situés dans des bassins versants à prédominance agricole. Le programme a permis l’expérimentation de modèles durables d’aménagement agriculture-faune et la réalisation d’actions concrètes telles que l’aménagement de bandes riveraines, l’implantation de haies brise-vent, la stabilisation de berges ainsi que l’implantation de pratiques culturales respectueuses de l’environnement et de la faune.

Forte des résultats obtenus, la Fondation de la faune finance, depuis plus de 15 ans, des projets concrets et durables en milieu agricole.

Donnez dès maintenant! Ensemble, nous pourrons soutenir plus d’initiatives de producteurs agricoles afin qu’ils cultivent également des habitats fauniques, et ce, pour le bien être des écosystèmes et de la biodiversité du Québec.

Maxime Brien
Gestionnaire du Programme de mise en valeur de la biodiversité en milieu agricole


Voici quelques exemples de projets visant à améliorer la qualité de l’eau et les habitats fauniques des bassins versants agricoles réalisés grâce au soutien de donateurs comme vous !

AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE L’EAU DANS LES SECTEURS OÙ LES CULTURES SONT INTENSIVES – Montérégie

L’intensification de l’agriculture dans le bassin versant de la rivière Delisle, en Montérégie, affecte la qualité de l’eau de cette rivière et laisse peu d’habitats favorables à la diversité biologique.

Depuis 2016, Nature-Action Québec travaille avec les producteurs agricoles du bassin versant afin de les soutenir dans la réalisation d’aménagements fauniques sur leurs terres tels que l’implantation de bandes riveraines et de haies brise-vent, l’installation de nichoirs, l’aménagement d’aires de repos et de nidification des oiseaux.

À ce jour, 24 producteurs agricoles ont permis la plantation de 18 km de haies brise-vent/bandes riveraines, ainsi que l’aménagement de 9 îlots arbustifs. L’organisme poursuit son travail afin de consolider les aménagements passés, d’en augmenter le nombre et ainsi améliorer la qualité de l’eau de la rivière et des habitats fauniques de son bassin versant.


RESTAURATION DE L’HABITAT DE LA TRUITE MOUCHETÉE À LA TÊTE DE LA RIVIÈRE PRÉVOST-GILBERT – Chaudière-Appalaches

Afin d’éviter les débordements, la rivière Prévost-Gilbert a subi une excavation majeure il y a une vingtaine d’années. Cela a grandement modifié sa configuration, qui est aujourd’hui caractérisée par un parcours plus uniforme et beaucoup moins profond. Depuis ces travaux, la rivière offre moins d’abris, de frayères et de fosses pour la truite mouchetée, affectant ainsi la reproduction de l’espèce et la rendant davantage vulnérable à la prédation.

Le projet du Comité de bassin de la rivière Chaudière vise à diversifier la configuration de la rivière afin de favoriser le développement et la libre circulation de la population de truites mouchetées qui est présente. Les aménagements de ce cours d’eau agricole tels que la stabilisation de berges, l’aménagement des sorties de ponceaux ou la création d’abris permettront de restaurer son milieu en créant des habitats favorables à la truite mouchetée.


AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DES HABITATS POUR LES ESPÈCES FAUNIQUES EN DANGER – Bas-Saint-Laurent

Le bassin versant de la rivière Centrale est principalement à vocation agricole et son eau est  considérée de mauvaise qualité. Aussi, plusieurs espèces fauniques à statut précaire y sont présentes : le bruant de Nelson, le faucon pèlerin, l’hirondelle de rivage, l’hirondelle rustique, la sturnelle des prés et l’anguille d’Amérique. Afin de contribuer au rétablissement de ces espèces, l’Organisme des bassins versants du Nord-Est du Bas-Saint- Laurent a réalisé des activités de sensibilisation auprès de producteurs agricoles pour les inciter à effectuer différents types d’aménagements sur leurs terres : remplacer certains ponts et ponceaux de la rivière pour favoriser la libre circulation du poisson, élargir les bandes riveraines, planter des haies brise-vent pour favoriser la connectivité des habitats et installer des nichoirs pour les hirondelles.


AMÉNAGEMENT DE CORRIDORS BOISÉS DANS LE BASSIN VERSANT DE LA PETITE RIVIÈRE EUSÈBE – Saguenay–Lac-Saint-Jean

Le bassin versant de la petite rivière Eusèbe est à vocation agricole sur presque 50 % de sa superficie. Composé de grands massifs forestiers en amont, d’importantes tourbières en aval et de quelques milieux d’intérêt écologique au centre, ce bassin versant offre peu de couverts forestiers pour la faune. Le projet du Comité de bassin versant rivière Ticouapé vise à améliorer la connectivité entre les différents milieux du bassin versant afin de favoriser les déplacements sécuritaires de la faune terrestre et aviaire.

En 2019, le Comité a rencontré les propriétaires agricoles et procédé à la caractérisation de l’état de leurs bandes riveraines. Ceci lui a permis de proposer des travaux d’aménagement qui vont permettre d’améliorer la variété et la qualité des habitats riverains par l’élargissement des bandes riveraines et l’implantation de haies brise-vent, par le prolongement de l’emprise des îlots boisés et des friches (coulées) à l’intérieur des terres et par la création de corridors entre les différents milieux localisés en amont et en aval du bassin versant.

Donnez sans tarder pour l’amélioration de la qualité de l’eau et des habitats fauniques en milieu agricole !

Faites un don de 25 $ et plus, ou devenez donateur mensuel (à partir de 5 $ par mois), et recevez un exemplaire du calendrier de la Fondation qui inclut le bilan de nos activités.

Visionnez les pages du calendrier.